Glossaire

Glossaire

De la collecte de vos déchets en entreprise à leur valorisation
pour la préservation de l'environnement

Sud Recyclage vous propose un glossaire des éléments clés liés à nos prestations. Des procédés techniques à la règlementation, ces définitions vous permettent de mieux comprendre votre besoin et vos obligations légales et d’appréhender au mieux votre responsabilité sociétale et environnementale.

glossaire recyclage et valorisation des déchets

COLLECTE DES DÉCHETS

L’organisation de la collecte est un maillon essentiel dans le processus de gestion des déchets, conditionnée, en amont, par la typologie de la collectivité et, en aval, par le mode de traitement.

Selon l’article L.541-1-1 du Code de l’environnement, la collecte se définit comme « toute opération de ramassage des déchets en vue de leur transport vers une installation de traitement des déchets ». L’opération de collecte débute lorsque le service d’enlèvement prend en charge les déchets. La collecte est assurée par les services de la collectivité ou par un opérateur spécialisé comme Sud Recyclage.

COLLECTE SÉPARÉE

La collecte séparée désigne une collecte au cours de laquelle un flux de déchets est conservé séparément, en fonction de son type et de sa nature, afin de faciliter un traitement spécifique. Les déchets concernés par la collecte séparée sont essentiellement les matériaux recyclables (verre, papier, carton, plastique, métal) et les biodéchets (déchets de cuisine et déchets verts).

VALORISATION

Il s’agit de l’utilisation de tout ou partie d’un déchet en remplacement d’un élément ou d’un matériau et s’applique dans le réemploi, le recyclage ou toute autre action visant à obtenir, à partir des déchets, des matériaux réutilisables ou de l’énergie.

VALORISATION ENERGETIQUE

Exploitation du gisement d’énergie que contiennent les déchets.
Les calories contenues dans les déchets lorsqu’ils sont brûlés sont récupérées. L’énergie ainsi produite sert à produire de l’électricité et/ou de la chaleur et/ou de la vapeur. Elle est utilisée, par exemple, pour chauffer des immeubles.

ENERGIES RENOUVELABLES

Sources d’énergie définies comme naturelles et inépuisables. La principale est le rayonnement solaire et les autres en découlent plus ou moins directement (vents, cycle de l’eau et marées, fabrication de biomasse, …).

ENFOUISSEMENT

L’enfouissement des déchets désigne leur stockage dans le sol. Selon leurs caractères polluants, les déchets sont orientés vers différentes classes de centre de stockage des déchets ultimes. Les lixiviats sont récupérés et traités avant rejet. Selon la nature, la quantité et les objectifs de traitements, différents procédés sont utilisés.

INCINERATION

Procédé de traitement thermique des déchets qui consiste en leur combustion (la température variant selon la nature du déchet) et un traitement des fumées inhérentes. La chaleur générée par l’incinération fait également l’objet de valorisation énergétique (production d’électricité et de chaleur).

TRAITEMENT

Processus physiques, thermiques, chimiques ou biologiques, y compris le tri, qui modifient les caractéristiques des déchets de manière à en réduire le volume ou le caractère dangereux, à en faciliter la manipulation ou à en favoriser les valorisations (Directive 1999/31/CE du conseil du 26 avril 1999) :

– Traitement biologique : Procédé contrôlé de transformation par des micro-organismes, des déchets fermentescibles en un résidu organique à évolution lente. Pour la dépollution des sols, on utilise aussi des procédés biologiques mais ils ne concernent pas le domaine des déchets.
– Traitement thermique : Traitement des déchets par l’action de la chaleur, incluant notamment l’incinération.
– Traitements physico-chimiques : Ces traitements regroupent entre autres les opérations de neutralisation, de déshydratation, de compactage, démontage…

PRESSE A BALLES

La presse permet la compression des déchets, après un tri sélectif, en forme de paquet. Les balles permettent de réduire le volume des déchets et donc le coût du transport.

BOM ou BENNE À ORDURES MÉNAGÈRES

Une benne à ordures ménagères (BOM) est un caisson où l’on place les déchets et est aussi utilisé pour le transport de celles-ci. Souvent équipée d’un système de compression, elle permet de charger rapidement, puis de libérer dans un site de tri ou un lieu d’incinération, toutes sortes d’ordures et de déchets.

BENNE

Une benne est un caisson destiné à recevoir les différents déchets destinés à la collecte. Elle fait l’objet de plusieurs caractéristiques qui vont définir son usage : dimensions, matériau, possibilités de remplissage ou de vidange. Selon le type de déchet transporté, elle peut être équipée d’un bâche ou d’un filet.

CONTAINER OU CONTENEUR

Bac roulant à capot permettant la réception de déchets.  Il est conçu pour résister aux sollicitations extérieures (écarts de température, chocs) et aux contraintes mécaniques imposées lors du levage et du vidage. Disponible en plusieurs tailles, il s’adapte aux contraintes de place et si disposé en quantité, permet un premier tri effectif des déchets.

ENLEVEMENT

Action de chargement de benne directement sur site, par les équipes de Sud Recyclage.

ROTATION

Action d’échange de benne pleine par une benne vide.

DESTRUCTION

Action d’élimination du déchet par traitement afin d’en valoriser au mieux les matériaux qui les constituent.

TRI

Il s’agit de l’opération visant à séparer des déchets mélangés en différentes catégories (cartons, plastiques, palettes en bois…) en vue d’en faciliter l’élimination dans des processus spécifiques à chaque catégorie.

TRI À LA SOURCE

Opération de séparation des différents flux de déchets par les producteurs, au moment de leur production. Pour favoriser votre tri, Sud Recyclage met à la disposition de vos équipes un éventail exhaustif de containers de capacités différentes, selon vos besoins.

TRI 5 FLUX

Les 5 flux désigne la collecte séparée des déchets recyclables par matière : papier, carton, plastique, bois, métal et verre. Pour vous aider à respecter vos obligations de tri à la source (en vigueur depuis le 1er juillet 2016), Sud Recyclage vous propose des solutions simples et souples selon la nature et le volume de vos déchets, et l’espace dont vous disposez, adaptées à votre activité et conformes à la réglementation.

 

Typologie et classification des déchets

DECHETS DANGEREUX

Les déchets dangereux sont des déchets qui contiennent, en quantité variable, des éléments toxiques ou dangereux qui présentent des risques pour la santé humaine et l’environnement.

DECHETS NON DANGEREUX (DIND)

Les déchets non dangereux sont définis par défaut comme ne présentant pas les caractéristiques spécifiques des déchets dangereux.

DECHETS INERTES

Les déchets inertes sont des déchets qui ne se décomposent pas, ne brûlent pas et ne produisent aucune autre réaction physique ou chimique avec l’environnement. Ils ne sont pas biodégradables et ne se décomposent pas au contact d’autres matières.

BIODÉCHETS

Les déchet biodégradable de jardin ou de parc, déchet alimentaire ou de cuisine, déchet comparable provenant des établissements de production ou de transformation de denrées alimentaires.

DÉCHETS D’ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES (DAE) anciennement DÉCHETS INDUSTRIELS BANALS (DIB)

Un déchet industriel banal est un déchet qui n’est pas généré par des ménages et qui n’est ni dangereux, ni inerte. Il peut se décomposer, brûler, fermenter ou encore rouiller.

Exemple de déchets industriels non dangereux :

Emballages usagés : Palette, caisse, bidon, etc.
Déchets de production : chutes, rebuts, purges, etc.
Produits usagés : papiers, invendus, consommables usagés, etc.
Matériaux : verre, métaux, plastique, textile, cuir, papier, carton, bois, etc.

Toutes les entreprises, quelle que soit leur taille, leur activité et leur secteur sont concernées par les déchets banals.

DEEE

Un DEEE est un déchet d’équipement électrique et électronique. C’est un équipement hors d’usage qui fonctionne sur secteur ou bien avec des piles ou batteries. Il peut être ménager ou professionnel.

DECHET ULTIME

Les déchets ultimes sont ceux dont on a déjà extrait la part valorisable et ceux que l’on ne sait pas valoriser dans des conditions techniques et économiques acceptables. Ces déchets doivent tout de même être traités, ils sont alors stockés dans des Installations de Stockage pour Déchets Non Dangereux (ISDND).

I.C.P.E.

Installations classées pour la protection de l’environnement. Toute exploitation susceptible de créer des risques ou de provoquer des pollutions ou nuisances est une installation classée pour la protection de l’environnement (ICPE). Une installation classée pour la protection de l’environnement (ICPE) est soumise à de nombreuses réglementations de prévention des risques environnementaux, notamment en terme d’autorisations. Le code de l’environnement stipule que toute installation d’élimination des déchets doit être classée pour la protection de l’environnement. Pour les installations classées, l’arrêté préfectoral stipule généralement que le brûlage est interdit.

CENTRE DE TRI DE COLLECTE SELECTIVE

Installations où les déchets issus des collectes sélectives sont triés, conditionnés et stockés avant d’être recyclés.

Les déchets concernés sont :

– Corps creux : verres, plastiques, acier, aluminium.

– Corps plats : journaux et magazines, papiers, cartons, verres, plastiques, acier, aluminium.

On distingue les différentes étapes successives en centre de tri : la réception, la zone de stockage amont, le tri, le stockage intermédiaire, le conditionnement, le stockage aval, l’enlèvement des matériaux conditionnés, les refus de tri.

CENTRE DE TRI DES DÉCHETS D’ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES

Installations où les déchets non dangereux issus des industries, des entreprises, des commerces, des artisans sont triés, conditionnés et stockés avant d’être recyclés.

DIFFÉRENTS TYPES DE TRI DES DÉCHETS

Tri manuel, comme chez Sud Recyclage : des opérateurs trient manuellement les flux de déchets afin d’optimiser le taux de matière réinjecté dans la filière recyclage.

Tri au grappin (tri sommaire)

Tri mécanique : des équipements sont installés sur une chaine de tri (crible, trommel, overband…)

Tri automatisé : des tri-optiques sont programmés pour reconnaitre les déchets à trier.

ISDND

Installation de Stockage de Déchets Non Dangereux est un centre dans lequel on enfouit les déchets ultimes, c’est-à-dire les déchets qui ne peuvent plus être réduits d’avantage parmi lesquels toute matière valorisable a déjà été récupérée.

LIXIVIAT

Lors de leur stockage et sous l’action conjuguée de l’eau de pluie et de la fermentation naturelle, les déchets produisent une fraction liquide appelée « lixiviats ». Riches en matière organique et en éléments traces, ces lixiviats ne peuvent être rejetés directement dans le milieu naturel et doivent être soigneusement collectés et traités.

BIOGAZ

Le biogaz est une source d’énergie qui provient de la dégradation de la matière organique en l’absence d’oxygène. Ce biogaz peut être valorisé sous forme d’électricité ou de biométhane afin d’être injecté dans les réseaux de gaz naturel.

ADEME

Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (France)

AUTORISATION PREFECTORALE

Autorisation obligatoire délivrée par la Préfecture pour toute société spécialisée dans les activités de transport, négoce et courtage de déchets. Ces dernières sont en effet réglementées par le code de l’environnement.

CODE DE L’ENVIRONNEMENT

Le Code de l’environnement est le recueil où sont rassemblés l’ensemble des lois, décrets et règlements concernant l’environnement en France. Depuis 2000, le texte est devenu une référence et a posé les grands principes de la politique écologique moderne.

REGISTRE DES DECHETS

Tout producteur de déchets se doit de tenir à jour un registre où sont consignés tous les déchets entrants et sortants.

Ce document est obligatoire pour toute entreprise. Il permet d’assurer de manière chronologique la traçabilité des déchets pris en charge par l’entreprise. Il se compose de diverses informations : la nature des déchets, leur quantité, la filière de traitement final, les dates de réception, d’expédition…et doit être conservé 3 ans minimum.

FEDEREC

La Fédération professionnelle des entreprises du recyclage également plus connue sous son acronyme FEDEREC a été créée en 1945 et représente 1 100 entreprise du domaine de la collecte, du tri, de la valorisation matière des déchets industriels et ménagers ou du négoce/courtage de matières premières de recyclage.

 

Procédés

METHANISATION

La méthanisation (encore appelée digestion anaérobie) est une technologie basée sur la dégradation par des micro-organismes de la matière organique, en conditions contrôlées et en l’absence d’oxygène (réaction en milieu anaérobie, contrairement au compostage qui est une réaction aérobie).

TRAITEMENT MECANO BIOLOGIQUE

Le traitement mécano-biologique (TMB) s’applique aux ordures ménagères résiduelles. Il consiste en l’imbrication étroite de plusieurs opérations :

Des opérations de traitement et de tri mécaniques qui visent à fractionner les déchets et à isoler progressivement certains éléments valorisables en tant que matériaux (métaux, plastiques, verre …), déchets fermentes cibles ou déchets incinérables à fort pouvoir calorifique (PCI). Toutes les fractions issues de ces opérations conservent un statut réglementaire de « déchet » ;

Des opérations biologiques telles que le compostage ou la méthanisation qui transforment la fraction fermentescible isolée en produits valorisables (compost, biogaz) ou en produits « stabilisés » (dont le pouvoir fermentescible est diminué) pouvant être stockés en centre d’enfouissement).

Règlementation

REP – RESPONSABILITÉ ELARGIE DU PRODUCTEUR : PRINCIPE DU POLLUEUR-PAYEUR

Les fabricants nationaux, les importateurs de produits et les distributeurs pour les produits de leurs propres marques doivent prendre en charge, notamment financièrement, la collecte sélective puis le recyclage ou le traitement des déchets issus de ces produits.

Ils peuvent assumer leur responsabilité de manière individuelle ou collective, dans le cadre d’un éco-organisme. Dans ce dernier cas, ils adhérent à une société souvent agréée par les pouvoirs publics, à laquelle ils versent une contribution financière.

TRAÇABILITÉ DES DÉCHETS

Tout producteur ou détenteur de déchet est tenu d’en connaître les caractéristiques et de choisir le mode de gestion adapté. Il est responsable de ce déchet jusqu’à la valorisation ou l’élimination finale. Cette traçabilité est réglementée par les articles R.541-42 à R.541-48 du code de l’environnement et repose sur :

> la tenue d’un registre (arrêté ministériel du 29 février 2012) : toute personne participant à la gestion du déchet est tenue de posséder les informations relatives au déchet qu’elle produit, remet à un tiers ou prend en charge et doit tenir à jour un registre chronologique de la production, de l’expédition, de la réception et du traitement du déchet.

> pour les déchets dangereux, l’utilisation d’un bordereau de suivi de déchet (arrêté ministériel du 29 juillet 2005) : émis lorsque le producteur re met son déchet à un tiers, il est rempli et visés successivement par chacun des intervenants jusqu’au traitement final, puis renvoyé à son émetteur.

> une déclaration annuelle transmise à l’administration (arrêté ministériel du 31 janvier 2008) : réalisée par voie électronique sur le site internet GEREP, le cas échéant au-delà de certains seuils quantitatifs, elle récapitule les types de déchets, les quantités correspondantes et la filière de traitement du déchet. Les données issues de cette déclaration sont mises à disposition du public sur l’espace IREP du site internet GéoRisques.

ECO-ORGANISME

Société privée à vocation d’intérêt général et à but non lucratif agrée par les pouvoir publics :

– Déchets d’emballages ménagers : ECO-EMBALLAGES
– Déchets d’éléments d’ameublements (D.E.A.) : ECO-MOBILIER, VALDELIA
– Déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) : ECO-SYSTEMES, ECOLOGIC, ERP, RECYCLUM
-Véhicules Hors d’Usage (VHU),
– Pneumatiques usagés : ALIAPUR Piles et accumulateurs usagés : COREPILE, SCRELEC,
– Textiles usagés : ECOTLC …

LOI DE TRANSITION ENERGETIQUE

La loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte encourage la lutte contre les gaspillages, la réduction des déchets à la source, leur tri et leur valorisation. Dans le prolongement de cette loi, le décret n° 2016-288 du 10 mars 2016 fait obligation aux producteurs et détenteurs de déchets (entreprises, commerces, administrations…) de trier à la source 5 flux de déchets : papier/carton, métal, plastique, verre, bois.

Afin de favoriser la valorisation de ces matières. Un point spécifique est porté aux déchets de papiers de bureau.

BSD – BORDEREAU DE SUIVI DES DECHETS

Le Bordereau de suivi des déchets a pour objet d’assurer la traçabilité des déchets, de leur production jusqu’à leur élimination.

Émis par le producteur du déchet, le BSD est renseigné et visé par chacun des intermédiaires (producteur, collecteur, transporteur et exploitant de l’installation adéquate), au moment de leur prise en charge respective des déchets. Il comporte des indications sur la provenance des déchets, leurs caractéristiques, les modalités de collecte, de transport et d’entreposage, l’identité des entreprises concernées et la destination des déchets.
L’entreprise productrice devra suivre et vérifier la réalisation de chaque étape aboutissant au traitement final, puis conserver ses BSD pendant 5 ans minimum, garantissant ainsi la traçabilité du bon traitement de ses déchets.

ECONOMIE CIRCULAIRE

Selon l’ADEME, l’économie circulaire peut se définir comme un système économique d’échange et de production qui, à tous les stades du cycle de vie des produits (biens et services), vise à augmenter l’efficacité de l’utilisation des ressources et à diminuer l’impact sur l’environnement tout en développant le bien être des individus. L’économie circulaire doit viser globalement à diminuer drastiquement le gaspillage des ressources afin de découpler la consommation des ressources de la croissance du PIB tout en assurant la réduction des impacts environnementaux et l’augmentation du bien-être. Il s’agit de faire plus et mieux avec moins.

TGAP – LA TAXE GÉNÉRALE SUR LES ACTIVITÉS POLLUANTES

La Taxe Générale sur les Activités Polluantes est due par les entreprises dont l’activité ou les produits sont considérés comme polluants : déchets, émissions polluantes, huiles et préparations lubrifiantes, lessives, solvants, matériaux d’extraction, pesticides, produits chimiques… Son montant et le taux applicable varient selon les catégories d’activité et de produit. La taxe doit être payée par toute personne physique et morale ayant l’une des activités suivantes :

Élimination et transfert de déchets ménagers et assimilés,
– Élimination par incinération et transfert de déchets industriels dangereux, stockage, traitement physico-chimique ou biologique non exclusivement utilisé pour les déchets.

LE PRINCIPE POLLUEUR-PAYEUR

Pollueur-payeur est défini comme suit par le code de l’environnement : les frais résultant des mesures de préventions, de réduction de la pollution et de lutte contre celle-ci doivent être supportés par le pollueur.

REDEVANCE ASSAINISSEMENT

Tout service public d’assainissement quel que soit son mode d’exploitation, donne lieu à la perception de redevances d’assainissement établies dans les conditions fixées par les articles R.2333-122 à R. 2333-132. Le prix de la redevance est fixée par la collectivité, elle est pensée en vertu du principe «pollueur-payeur ».

Elle est composée d’une part fixe, calculée en fonction du prix du service et d’une part variable indexée sur la consommation d’eau potable.

ARTICLE 84 – RÈGLEMENT SANITAIRE DÉPARTEMENTAL

Le règlement sanitaire départemental type interdit « la destruction d’ordures ménagères et autres déchets à l’aide d’incinérateur individuel »

ARTICLE 541-25 – CODE DE L’ENVIRONNEMENT

Le code de l’environnement stipule que toute installation d’élimination des déchets doit être classée pour la protection de l’environnement.

L’INTERDICTION DE BRÛLAGE OU DE DÉPÔT SAUVAGE DES DIB

Le brûlage comme le dépôt sauvage des déchets industriels non dangereux sont interdits. Le code pénal interdit quant à lui le dépôt de déchets dans un lieu sans l’autorisation de la personne qui en a la jouissance. Cela est puni par une amende prévue pour les contraventions de la 2ème classe. Par ailleurs, l’autorisation de la personne qui a la jouissance du lieu ne suffit pas pour que le dépôt de DIB soit autorisé.

Il faut aussi que ce lieu soit une installation habilitée au titre des installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE) à recevoir les DIB.

DÉCRET N°2016-288 – OBLIGATION TRI DES 5 FLUX ET SANCTION

Suite de la transposition de la directive cadre déchets de 2008, le décret dit «5 flux» impose depuis le 1er juillet 2016 le tri des déchets de papier, métal, plastique, verre et bois dans le cadre de leur activité pour une grande partie des entreprises. Il concerne les entreprises (productrices et détentrices de déchets) qui n’ont pas recours aux services des collectivités territoriales pour la gestion de leurs déchets ;

Les entreprise qui ont recours aux services des collectivités et qui produisent ou détiennent plus de 1 100 litres de déchets par semaine (soit individuellement soit collectivement, avec plusieurs autres producteurs ou détenteurs de déchets, installés sur une même implantation et desservis par le même prestataire de gestion des déchets).
Ce décret concerne les déchets récupérés par les entreprises dans le cadre de leurs activités, qu’il s’agisse des déchets jetés par leurs clients dans leurs installations ou par leurs salariés.

LOI RGPD

Suite de la transposition de la directive cadre déchets de 2008, le décret dit « 5 flux » impose aux entreprises depuis le 1er juillet 2016 le tri des déchets de papier (et cartons), métal, plastique, verre et bois à la source. Ils ne doivent en aucun cas être mélangés avec des déchets non recyclables.

Labels, certifications et normes

ISO 26000 (RSE)

Cette norme de l’Organisation internationale de normalisation (ISO) relative à la responsabilité sociétale des entreprises, donne les lignes directrices pour opérer de manière socialement responsable. Cela signifie agir de manière éthique et transparente de façon à contribuer à la bonne santé et au bien-être de la société. Sud Recyclage a reçu le label Lucie basée sur cette norme.

> En savoir plus sur l’obtention du label RSE Lucie.

LABEL LUCIE ISO 26000

Le Label LUCIE est aux entreprises et aux organisations ce que Max Havelaar est aux produits issus du commerce équitable. Il a pour mission de donner aux organisations les moyens de devenir des acteurs ayant un impact positif sur les hommes et le territoire. Il cherche à dépasser le jargon du développement durable pour le rendre accessible, clair et explicite pour tous en développant des outils alignés sur la norme internationale de l’ISO 26000.

ISO 14001 (ENVIRONNEMENT)

La norme ISO 14001 est la plus utilisée des normes de la série des normes ISO 14000 qui concernent le management environnemental. Elle repose sur le principe d’amélioration continue de la performance environnementale par la maîtrise des impacts liés à l’activité de l’entreprise.



ISO 9001 (QUALITÉ)

La norme ISO 9001 fait partie de la série des normes ISO 9000, relatives aux systèmes de gestion de la qualité. Elle définit des exigences concernant l’organisation d’un système de gestion de la qualité.

OHSAS 18001

Gestion de la sécurité et de la santé dans une entreprise selon le référentiel British Standard Occupational Health and Safety Assessment Series.

MASE – MANUEL D’AMELIORATION SECURITE DES ENTREPRISES

La certification MASE est un système de management dont l’objectif est l’amélioration permanente et continue des performances Sécurité Santé Environnement des entreprises. C’est un système d’industriels au service des industriels qui cherche à améliorer la sécurité au travers d’un système de management adapté à l’entreprise, mieux s’organiser, mieux communiquer, en améliorant les conditions d’intervention des salariés, mettre en place un langage commun afin de progresser ensemble.

MASE est un groupement d’associations de type « loi 1901 » dont les membres sont les entreprises utilisatrices et les entreprises intervenantes.

CERTIPHYTO

Cette certification a pour but de garantir une utilisation des produits phyto sanitaires respectueuse à tout point de vue de l’environnement. L’obtention de « Certiphyto » a été accompagné de la formation de nos agents sur le terrain et d’une sensibilisation aux problématiques liées aux produits phyto sanitaires.